Skip to content

Le poison des jours

Title: Le poison des jours
Buy the Book: Renaud-BrayArchambault
Published by: Leméac
Release Date: September 8, 2014
Pages: 384
ISBN13: 978-2760933729

Synopsis

À Gideon, on ignore sciemment et prudemment le clan Erskine, qui réside à l'écart depuis des générations, sur « la montagne », dans l'indigence, le crime et les relations incestueuses. Albert Erskine est le seul membre de cette tribu à jouir d'une paix précaire et à oser rêver d'une vie meilleure pour lui-même et ses nombreux frères et soeurs encore sous l'emprise des ogres familiaux. Mais l'espoir semble vain, car comme se chargent de le lui rappeler violemment ses oncles, un Erskine ne quitte pas les siens. En ville, Ivy et Bobby, les enfants de Tom et de Patty Evans, dont le couple bat de l'aile, sont laissés à eux-mêmes dans les affres d'une jeunesse vulnérable, en mal d'écoute et de repères. Ivy trouve refuge et réconfort auprès de Dorothy Carlisle, une veuve à l'esprit ouvert ; Bobby, quant à lui, se lie d'amitié avec Albert. Ces alliances changeront la donne à jamais et affranchiront les protagonistes du poison des jours qui coule dans leurs veines. Qu'arrive-t-il lorsque nous cessons de considérer ceux qui nous entourent comme nos semblables ? Quel pouvoir insoupçonné recèlent les liens improbables qui se tissent parfois entre les êtres ? Telles sont les questions posées par cette oeuvre forte et touchante, inspirée d'événements réels qui se sont produits en Nouvelle-Écosse, dans les années 1980.

Praise

 

 

 

 

 

 

 

 


Translation:

"What happens on the mountain stays on the mountain." That's what the Erskine clan imposes on it's members. Growing up and surviving in this family, with it's share of incest, brutality and threats, alcohol and drugs, takes nothing short of a miracle. Albert Erskine, buried into himself, would like a better life. The young man is a brute, certainly, but he has heart. In the nearby town he meets an adolescent, Bobby, who he takes under his wing. A friendship develops. We also learn about an older lady who, contrary to the rest of the people in the town, cares about what happens on the mountain. A novel that addresses a harsh reality we'd rather sweep under the rug, but beautiful, and despite it all, luminous. The strength of the characters and their authenticity transcends the harshness of the subject."
Les Libraires

Chosen one of the "Best Books of 2014" by Monet Books in Montreal:

Qu’arrive-t-il lorsque nous cessons de considérer ceux qui nous entourent comme nos semblables ? Quel pouvoir insoupçonné recèlent les liens improbables qui se tissent parfois entre les êtres ? Telles sont les questions posées par cette oeuvre forte et touchante, inspirée d’événements réels qui se sont produits en Nouvelle-Écosse, dans les années 1980.

Translation:  What happens when we stop considering those who surround us as our fellow men? What unsuspected power holds the improbable links which sometimes weave between beings? Such are questions asked by this strong and moving work, inspired by real events which occurred in Nova Scotia, in the 1980s.

JULES SE LIVRE

http://booki-net.blogspot.com/2015/01/le-poison-des-jours-lauren-b-davis.html

Le poison des jours, Lauren B. Davis.

À Gideon, on ignore sciemment et prudemment le clan Erskine, qui réside à l’écart depuis des générations, sur « la montagne », dans l’indigence, le crime et les relations incestueuses. Albert Erskine est le seul membre de cette tribu à jouir d’une paix précaire et à oser rêver d’une vie meilleure pour lui-même et ses nombreux frères et sœurs encore sous l’emprise des ogres familiaux. Mais l’espoir semble vain, car comme se chargent de le lui rappeler violemment ses oncles, un Erskine ne quitte pas les siens. En ville, Ivy et Bobby, les enfants de Tom et de Patty Evans, dont le couple bat de l’aile, sont laissés à eux-mêmes dans les affres d’une jeunesse vulnérable, en mal d’écoute et de repères. Ivy trouve refuge et réconfort auprès de Dorothy Carlisle, une veuve à l’esprit ouvert ; Bobby, quant à lui, se lie d’amitié avec Albert. Ces alliances changeront la donne à jamais et affranchiront les protagonistes du poison des jours qui coule dans leurs veines. Qu’arrive-t-il lorsque nous cessons de considérer ceux qui nous entourent comme nos semblables ? Quel pouvoir insoupçonné recèlent les liens improbables qui se tissent parfois entre les êtres ? Telles sont les questions posées par cette œuvre forte et touchante, inspirée d’événements réels qui se sont produits en Nouvelle-Écosse, dans les années 1980.
 
Le quatrième de couverture en dit long sur ce roman.  C'est pour cette raison que je préfère vous parler de mon expérience de lecture plutôt que du contenu.  C'est un roman fort et bouleversant.  Celui qui vous oblige à le digérer avant de passer à votre prochaine lecture.  Le genre de roman qui vous laisse figé sur place après avoir refermé la dernière page.  Les yeux dans le néant, vous vous dites que ce n'est pas possible, que des enfants ne peuvent survivre à tant de négligence, de malveillance. 

Inceste, drogues dures et moins dures, violence, abus physiques et psychologiques en tout genre, négligence parentale, le clan Erskine excelle dans la médiocrité.  C'est encore plus dramatique lorsqu'on pense que ce n'est pas totalement de la fiction.  Le roman est inspiré du clan Goler en Nouvelle-Écosse.  Vivant en retrait dans les montagnes, seize adultes de ce clan ont été accusés d'inceste et d'abus sur des enfants aussi jeunes que cinq ans...

C'est un roman sombre, mais qui se lit très bien.  Il n'est pas déprimant  et ne nécessite pas un "état spécial" chez le lecteur, car ce n'est que dans les derniers chapitres qu'on réalise toute la violence comprimée dans la famille Erskine.  Une bombe à retardement...  Entre temps, les Evans et Dorothy Carlisle nous offrent un mode de vie plus lisse. Tom Evans est livreur de pain, sa femme Patty et ses deux enfants lui donnent un peu de fil à retordre, mais rien de comparable aux membres du clan Erskine!  Mme Carlisle tient une boutique d'antiquités et essaie de convaincre le village que Albert Erskine se distingue de ses semblables et on y croit aussi, malgré ses petits moments de délinquance.  La religion tient aussi une place importante dans ce roman.  En début de certains chapitres, des extraits de discours de l'Église du retour du Christ nous aiguillent sur la direction que prendront les événements.

Lauren B. Davis est née à Montréal et elle est l'auteure de plusieurs romans.  Le titre en anglais Our daily bread (Notre pain quotidien) est plus représentatif de ce que ces jeunes enfants ont dû subir sans relâche...

Un roman remarquable sur la vulnérabilité et la loi du plus fort.

Translation:

The townspeople of Gideon consciously and carefully ignore the Erskine clan, who for generations have lived on " the mountain " in poverty, crime and incestuous relationships. Albert Erskine is the only member of this tribe to enjoy a precarious peace and to dare to dream about a better life for himself and his many brothers and sisters still in the grip of the family ogres. But hope seems vain, because as his uncles violently remind him, Erskines don't leave. In town, Tom and Patty Evans are having their own problems, and their children, Ivy and Bobby are left to themselves - vulnerable and exposed to bad influences.  Ivy finds shelter and comfort with Dorothy Carlisle, a open-minded widow;  Bobby, meanwhile, strikes up a friendship with Albert. These alliances will change everything. What happens when we stop considering those who live in our community as being like us? What unlikely bonds connect people? These are the questions raised by this strong and touching work, inspired by true events which occurred in Nova Scotia in the 1980s.

The back cover says a lot about this novel. That's why I prefer to talk about my reading experience rather than the content. It is a strong and moving novel. One that requires you to digest what you've read before moving on. The kind of novel that leaves you frozen in place after closing the last page. Staring into nothingness, you tell yourself that this is not possible, that children can not survive so much negligence and malice.

Incest, hard and not so hard drugs, violence, physical and psychological abuse of all kinds, parental neglect, the Erskine clan excels in depravity. This is even more dramatic when you consider it's not entirely fiction. The novel is inspired by the Goler Clan in Nova Scotia. Living secluded in the mountains, sixteen adults of this clan were convicted of incest and abuse of children as young as five years old ...

It is a dark novel, but one which reads extremely well. It is not depressing, since it is only in the last chapters you realize the full extent of violence within the Erskine family. A time bomb ... Meanwhile, Evans and Dorothy Carlisle offer us a gentler way of life. Tom Evans is a bread delivery man, his wife Patty and his two children give him a hard time, but nothing compares to the what is experienced by members of the Erskine clan! Mrs. Carlisle runs an antique shop and tries to persuade the village that Albert Erskine is different from the rest of his family, and we also believe it, despite his small instances of delinquency. Religion also plays an important role in this novel. At the beginning of some chapters, speech excerpts taken from Church of the Returning Christ guide us in the direction events will take us.

Lauren B. Davis was born in Montreal and is the author of several novels. The title in english Our Daily Bread is more representative of what these young children must have relentlessly endured ...

A remarkable novel about vulnerability and the survival of the fittest ..